La bienveillance, encore un mot à la mode ?

Depuis quelques années, nous entendons le mot Bienveillance à tout va.
Cuisiné à toutes les sauces, on n’en perd le sens profond.
J’aimerai te donner ma définition de la bienveillance. C’est ainsi que je la vis et la ressens.
Comprendras-tu sans doute pourquoi j’en fais mon cheval de bataille !
La bienveillance, je l’ai vue dans le regard de ma mère et dans la douceur de ses gestes. Je l’ai ressenti dans les notions d’apprentissage de mon père. Je l’ai deviné dans les chamailleries de mes frères et sœurs.
La bienveillance nait et grandit avec nous.
 
Elle n’est pour moi ni un concept à adapter à nos vies ni un terme à la mode.
Mais elle doit être ancrée dans nos cœurs et dans nos habitudes.
 
C’est à la fois un engagement de soi envers soi-même, envers les autres et envers la nature.
Être bienveillant, c’est se vouloir du bien et vouloir du bien à l’autre, c’est se soucier de soi et se soucier de l’autre.
Et pour cela, il faut avoir une relation saine, vraie et de qualité avec soi et avec les autres.
Pour avoir cette réelle relation humaine, il ne faut pas simplement dire la bienveillance, il faut la faire, il faut la vivre !

Bienveillante, chaque jour, je serais

La bienveillance perd tout son sens si elle reste une notion que l’on n’applique pas au quotidien. Elle doit se refléter dans nos comportements.
Parler avec douceur, écouter l’autre, sourire, dire bonjour, prendre sincèrement des nouvelles, etc… De simples attitudes qui se retrouvent parfois négligées dans notre quotidien sous pression.
 
Avec mes garçons, je m’efforce de l’être chaque jour. Cela n’a pas toujours été le cas. Prise dans mes tracas de Maman Entrepreneuse, il m’est arrivé plus d’une fois de sortir de mes gonds sans raison, de perdre patience très vite. Depuis la naissance de mon 2ème, je veille à être plus douce avec eux, à les écouter et à être bienveillante avec eux. Résultat : Cette attitude s’est naturellement installée entre eux et dans la famille en générale.
 
Il ne s’agit pas là de se forcer mais simplement de laisser notre nature profonde se révéler. Je suis intimement convaincue que nous sommes tous foncièrement bons !
 

Reconnaissante, j’oserai être

“Merci pour ce bon repas ma femme”
“Tu as fait preuve de courage en prenant la parole devant tes camarades mon fils”
“Ton implication dans le projet a permis sa réussite”
Ces phrases te paraissent banales ? Pas vraiment quand on y réfléchit.
A la maison, on prend tellement l’habitude de manger les bons plats de maman, qu’on ne pense même plus à lui dire que c’est bon ou la remercier. Pourtant, ces phrases ont toute leur importance et procure non seulement de la reconnaissance, de la satisfaction mais aussi de la motivation pour continuer. Rien ne peut remplacer la gratitude entre nous.
 
Cela s’applique aussi à nos entreprises. Il est important de remercier nos clients, pour leur soutien, pour leur partage, pour leurs avis, pour leurs likes tout comme nos partenaires ou collaborateurs.

L’entraide, je favoriserai

Une phrase de l’Abbé Pierre que j’aime me répéter :

On n’est jamais heureux que dans le bonheur qu’on donne.
Donner, c’est recevoir”

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé aider. Sans doute parce que je voyais mes parents le faire avec nos voisins, avec les amis, avec la famille et surtout avec les nécessiteux en France comme au Maroc.
J’ai donc souvent apporté mon aide de manière naturelle à la camarade de classe qui était en difficulté, au collègue qui croulait sous les dossiers, à l’amie qui ne s’en sortait pas chez elle, à une sœur qui était épuisée, à la voisine qui se mariait, etc…
 
Aujourd’hui, je l’applique aussi avec les femmes que j’accompagne dans la création ou le développement de leur entreprise.
Par exemple, lorsqu’on me sollicite pour un logo, je ne me contente pas de le dessiner. J’ai besoin d’écouter ma cliente, de comprendre d’où elle vient et où elle veut aller pour mieux l’accompagner. Pour moi, c’est un tout et c’est naturel de le faire.
Avec la création du blog, je le fais encore plus en écrivant mes articles et en partageant mon quotidien d’entrepreneuse sur les réseaux sociaux.
 

D’ailleurs, si tu ne me suis pas encore, c’est le moment de le faire 💛

Méprisante, jamais je ne serai

Un regard dédaigneux, un soupir, l’indifférence, ainsi naît le mépris et aucune place ne peut être laissée à la bienveillance dans un tel environnement. Être méprisante, c’est déclencher des frustrations et du stress chez les autres mais aussi provoquer un sentiment d’infériorité et un manque de confiance en soi chez ces mêmes personnes.
Il est donc essentiel à mon sens de cultiver la douceur dans nos rapports.
 
Tu n’apprécies pas tel comportement ?
Tu as 2 options :
– Faire la remarque à la personne concernée, en privé, avec douceur.
– Tu ne te sens pas capable de le faire, détourne le regard au lieu de blesser en public.
 
Tu es épuisée quand on te sollicite ?
– Tu veux répondre positivement mais tu n’as pas le temps tout de suite. Explique tranquillement que tu veux bien apporter ton aide mais plus tard.
– Tu ne veux pas aider : Dis-le avec diplomatie et douceur que tu ne veux pas en expliquant les raisons.
 
Ces différentes attitudes créent des relations saines et de qualité entre nous. Pas d’incompréhension, pas d’animosité !

D’où l’importance de rester sincère en toute circonstance et de toujours être alignée avec ses valeurs.

Et toi, te reconnais-tu dans cet article ?

Donne-moi ta réponse en commentaire, je serais ravie d’en discuter avec toi.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez