L’entrepreneuriat, à cœur ouvert

L’entrepreneuriat, à cœur ouvert

une autre année démarre

Il y a 1 an, 2 ans ou encore 5 ans, il ne me serait jamais venue à l’idée de faire un bilan tant perso que pro. Je n’en ressentais vraiment pas le besoin. Je fonçais à 200% dans mon quotidien en regardant droit devant sans jeter un œil au rétroviseur. Clairement, pour moi, c’était une perte de temps que de me poser et regarder en arrière.
Alors pourquoi cette année je change les règles ?
Parce que cette année a été EXCEPTIONNELLE et RICHE, et je ne te parle nullement de l’aspect financier !
Beaucoup d’évènements se sont passés. En les regardant de manière isolée, ils semblent tellement anodins mais en réalité, il était nécessaire qu’ils arrivent à ce moment précis de ma vie. Bons ou mauvais, ces épisodes ont fait ce que je suis aujourd’hui. Je te parle de cette année 2018, à cœur ouvert,  pour que tu comprennes qu’être entrepreneuse, c’est aussi accepter d’être dans l’inconfort parfois, et cette idée est bien loin de ce que te montre les réseaux sociaux où tout est beau, tout est rose.
L’année 2018 démarre assez difficilement, après deux années plutôt compliquées niveau santé. Sans rentrer dans le détail, je suis éprouvée et mon mental en ce début d’année n’est pas au top ! J’essaie de faire face parce que j’ai un tempérament de battante ou du moins, c’est ainsi que mon entourage me voit :”courageuse”, “endurante”, “patiente”, “forte”. Si seulement ils savaient !
Je suis sûre que tu t’es déjà retrouvée dans cette situation où l’on te répète tellement ce que tu es que tu n’oses pas être autrement. Tu sais, ces réflexions du genre “Oui, mais toi, tu es… ” Ces phrases qui t’obligent inconsciemment à être telle que l’on te décrit pour ne pas décevoir. Je me suis donc imposée ce fardeau de tout garder pour moi et de paraître forte jusqu’au jour où…

ce jour où il est devenu vital que certaines choses changent

J’ai toujours été patiente, vraiment, sans prétention aucune. Depuis que je suis petite, je supporte facilement les choses, les moqueries des camarades de classe, les trahisons des copines, les médisances, les critiques blessantes, etc… Pourtant, j’étais aussi très susceptible. Ces comportements me blessaient mais je gardais ça en moi. Mon cœur a fini par se forger une carapace et à tout le temps me répéter que j’étais plus forte que ces attitudes, j’ai fini par le devenir plus ou moins. Mais comme on dit, la patience a ses limites. Le début de l’année 2018 a été une grande remise en question au niveau pro. N’était-il pas plus sain de dire les choses au moment où elles arrivent que de les taire en pensant qu’elles s’évaporeront d’elles-mêmes ?

 

Je prends donc la décision de dire ce qui ne me plaît pas et surtout de faire ce qui me plaît, vraiment. Et tu te doutes bien que cela n’est pas approuvé de tous. Je me retrouve donc dans des situations compliquées avec des partenaires ou des clients. Je sais pourtant que je suis sur le bon chemin. Je ne sais pas où me mènera ce chemin mais je sens au fond de moi que je prends la bonne direction. Je me mets à devenir sélective au niveau des contrats que j’accepte. Je ne regarde plus l’aspect financier mais plutôt l’aspect humain. Qui est cette personne ? Que puis-je lui apporter réellement ? Que m’apporte-t-elle ? Ses valeurs sont-elles en adéquation avec les miennes ? Je me pose les bonnes questions et j’y vois plus clair. Je comprends qu’à travers mon travail de freelance, c’est moi qui me construit. Si je continue à accepter tout et n’importe par peur de ne pas avoir de revenus corrects, je me perdrais sans aucun doute. C’est ainsi que j’ai choisi de suivre mon instinct et d’être moi-même dans mon business et non plus, celle que l’on veut que je sois. Je ne te cache pas qu’il m’a fallu faire un gros travail sur moi pour oser dire non à une personne qui me demandait un devis parce que “je ne la sentais pas”. J’ai traversé de gros moments de doutes en voyant que le compte bancaire restait au même niveau que le mois précédent. J’ai failli repartir vers mes vieux démons.

 

J’avais d’un côté cette petite voix qui me disait “Vas-y, accepte ce contrat, c’est de l’argent tout de même, Qu’est-ce que ça change si son business ne respecte pas tes convictions?” et de l’autre côté, la voix de la sagesse qui disait “N’oublie jamais que ta subsistance vient de Dieu, aie confiance en Lui, un autre contrat viendra, ne t’en fais pas”. Plus les semaines passaient, et plus je savais qu’il fallait que je persévère !

ce voyage qui a remis les pendules à l’heure

En mars 2018, j’accompagne pour la deuxième année consécutive les équipes de l’asso LVD pour un voyage humanitaire. Nous sommes 10 à partir et j’ai hâte de revoir les villageois de la Casamance rencontrés la 1ère fois un an plus tôt.
J’y vais cette fois-ci plutôt tranquille, comme si j’allais visiter la famille même si je savais qu’un énorme travail nous attendait sur place (réfection de salles de classe, mise en place d’un potager pour l’école, travail de fonds avec les femmes du village pour créer des Activités Génératrices de Revenus, Contrôle des puits, Sondage des besoins médicaux, etc…). Je découvre dans l’équipe de merveilleuses personnes que je connaissais peu avant de partir, je pense à Leïla, Louise, Seyda, Kawtar. En 8 jours, nous nous lions d’une amitié et d’une fraternité sans pareil.
Je suis à nouveau giflé par la pauvreté, la misère, la tristesse dans certains regards. Et ce sera ces points qui me feront réfléchir à mon retour en France. Je sais qu’il est temps de prendre de la hauteur et de voir que la vie que j’ai est réellement merveilleuse, avec ses hauts et ses bas. Je suis convaincue que je dois faire en sorte de ne voir que le positif des situations au lieu de focaliser sur le négatif pour pouvoir aller de l’avant. Même si ma santé flanche parfois, je dois faire en sorte de la maintenir au meilleur niveau. Je me remets donc au running et je m’inscris en salle de sport. Je peux enfin me focaliser sur le fait de me dépasser et non sur mes problèmes de santé ! Et ça a payé !!! Moins de fatigue, moins de stress, plus d’énergie et surtout, mes dernières analyses sont toutes bonnes, grâce à Dieu.

cette écriture qui fera la différence

Quelques semaines plus tard, je sens qu’il est temps de revoir l’image de marque de mon activité de freelance Afycrea.
Je refais mon site internet mais ça ne suffit pas. Il manque quelque chose. Quoi ? Je ne sais pas.

Je me mets à fouiller sur le web pour avoir une approche différente de mon business. Je tombe sur le site Muslimpreneur de Saïd Amzil. Et bim ! Mais je le connais lui !!! En effet, j’avais assisté en 2016 au Mastermind organisé par Steve Abdelkarim, de l’association Life, à Paris et Saïd y était intervenu. Je m’intéresse à son blog, à ses vidéos, à ses réseaux sociaux. Je m’inscris même à la WMA. Je me dis : Pourquoi pas ? Je m’impose un planning de 1h30 par jour pour suivre le programme. Au bout de 3 semaines, j’ai emmagasiné tellement d’informations que j’ai l’impression que mon cerveau va imploser. Et, là, quelque chose de flippant se passe. J’ai peur, oui, j’ai peur d’où cela va me mener, j’ai peur de découvrir que le chemin que j’ai pris jusqu’ici n’était pas le bon, j’ai peur de ne pas aimer ce que je vais découvrir. J’annule sur un coup de tête ma formation WMA et je reviens à mes habitudes.
Néanmoins, je continue à regarder des vidéos de webentrepreneurs. Je cherche des réponses ailleurs sans comprendre qu’en réalité tout était déjà en moi. Je me lance dans le blogging en créant Mus’Graph. Un peu comme une échappatoire. Poser à l’écrit pour mieux comprendre, pour mieux me comprendre.

D’ailleurs, je ne t’ai jamais parlée de l’origine du Mus’GRAPH. C’est l’occasion ! Mus’ est la contraction à la fois de musulmane et amusement. Graph pour ma passion qu’est le graphisme. J’avais envie d’associer mon travail à la spiritualité et au plaisir qu’il me procure. Il me paraît évident maintenant que pour être épanouie dans mon travail il faut qu’il me procure un certain plaisir et surtout qu’il m’aide dans mon cheminement spirituel.

En créant Mus’Graph, l’idée est de partager mon quotidien d’entrepreneuse avec d’autres femmes et de leur faire profiter de mon expertise dans certains domaines. Je m’éclate donc en écrivant des articles et surtout en échangeant avec vous toutes sur Insta ou Facebook. C’est un plaisir pour moi de voir que je peux, à mon niveau, apporter du soutien à d’autres femmes et quelque part être utile. Écrire, c’est un peu thérapeutique. Mettre à plat ce que l’on ressent. Partager des connaissances. Faire le point sur nos compétences et nos capacités. Améliorer notre business et notre vie. Apprendre sur soi, sur les autres, sur l’actualité. Voilà, ce que m’apporte mon blog aujourd’hui.

cette rencontre qui marquera un nouveau départ

Je m’étale peu sur ma vie privée et si tu me suis depuis mes débuts, tu sais à quoi je ressemble que depuis quelques semaines seulement. Je te dévoile dans cet article autre chose sur moi : nous sommes un couple d’entrepreneurs.

Quand j’ai épousé mon mari, il venait d’ouvrir sa première boutique. Nous avons donc cheminé ensemble dans la création de nos business. Nous avons su être un soutien l’un pour l’autre dans les bons comme les mauvais moments, et je peux t’assurer qu’il y en a eu bien des mauvais ! Notre couple s’est façonné au gré des business que nous mettions en place. J’ai toujours accompagné mon mari de manière naturelle. Pour moi, c’était normal de le faire, tout comme lui m’a soutenue,et me soutient encore, à 200% dans tout ce que je fais. Il est d’un tempérament très optimiste et affronte les choses une à une avec une rage incroyable. Il me dit souvent “un problème, après l’autre.”. Moi, c’est tout l’inverse : ANTICIPATION. Il m’a souvent dit des phrases pour me booster, pour que je vois mon potentiel. Je ne l’écoutais qu’à moitié. Je n’osais croire que ce qu’il disait était valable pour moi. Quelque part, je craignais de m’autoriser à y croire et d’être déçue si je n’étais pas telle que lui me voyait.

En Octobre, j’ai découvert Sonia de Business Girl Academy. Je ne la connaissais absolument pas et ne la suivais pas sur les réseaux. J’ai décidé d’assister à l’un de ses webinars pour la connaître un peu mieux. Le thème du webinar était “Débuter sur le web”. Ce n’était pas mon cas, mais j’étais curieuse. A la fin du webinar, j’ai pris sa formation en présentiel sur Paris, 2 ateliers, l’un en novembre et l’autre en décembre. J’avoue, j’ai flippé en mettant le numéro de ma CB d’investir dans le vent mais quelque chose me disait que cette fois-ci, ce serait la bonne ! J’aimais ce que Sonia dégageait, son authenticité, sa sincérité, son humour et ça m’a suffit pour passer à l’acte d’achat.

Le bilan est que je suis ressortie de ses formations avec un mindset totalement différent. Je vois désormais les choses sous un autre angle. J’ai réussi à passer au dessus de certains blocages comme “ce qu’en pensera mon entourage”, “ce n’est pas encore parfait, je ne peux pas le faire”. J’avais déjà confiance en moi et en mes capacités mais je me suis souvent trouvé des excuses pour ne pas passer à l’action. Désormais, je sais que je suis la seule à pouvoir passer ou non à l’action. Je sais que si je n’agis pas, même si ce n’est pas parfait, rien ne changera dans mon quotidien.

Pourquoi t’ai-je parlé de mon mari ? Parce que dans son atelier, Sonia a dit des dizaines de phrases que mon mari me dit depuis 6 ou 7 ans mais je ne les entendais pas de la même manière. Il a fallu qu’elles soient sorties de mon quotidien pour que je les comprenne et qu’elles aient un impact réel sur moi.
On dit souvent de moi que ce qui me différencie est ma bienveillance, le fait de vouloir pour les autres ce que je veux pour moi-même, d’être douce lorsque je transmets quelque chose. Je le faisais tous les jours mais dès que mon cerveau se mettait en mode business, cette bienveillance se mettait, elle, en veille. Il fallait à l’époque que je sois un requin pour me faire ma place. J’ai donc du éduquer mon cerveau pour qu’il fonctionne de manière bienveillante TOUT le temps, tant dans mon quotidien que dans mes business. Et depuis, je suis sereine, réellement sereine. Je sais, non, je suis convaincue que cette bienveillance dans le business me permet d’être vraiment alignée avec mes valeurs.

ces leçons que je tire de cette année

  • Me faire confiance
  • Permettre à mon cœur de sortir de sa carapace
  • Respecter mes valeurs
  • M’entourer de personnes qui me tirent vers le haut
  • Oser rencontrer d’autres personnes
  • Rester moi-même
  • Apprendre, toujours et encore
  • Investir sur moi
  • Être bienveillante envers moi et envers les autres
  • M’accorder du temps pour être plus productive
  • Passer du temps avec mes proches parce que ce temps-là ne se rattrapera jamais
  • Travailler à mon rythme pour être efficace
Je ne prendrais pas ces leçons comme des résolutions pour l’année 2019 mais plutôt comme des actions à continuer pour toujours être alignée avec moi-même et mes valeurs dans tout ce que je fais.
L’année 2018 résume bien ma vie d’entrepreneuse. Des montagnes russes émotionnelles. Des hauts et des bas. Des certitudes et des doutes. De belles rencontres. Des périodes overbookées et d’autres plutôt calmes.
Si tu es entrepreneuse toi aussi, tu sais de quoi je parle. Si tu ne l’es pas encore, voici un échantillon de ce qui t’attend.
Le but de mon article n’est pas seulement de me dévoiler davantage à toi mais surtout te montrer qu’en réalité, on s’obstine à chercher ailleurs ce que nous avons déjà en nous mais qu’il est nécessaire d’être accompagnée par les bonnes personnes pour le faire. Alors, si tu croises sur ton chemin, une personne qui t’inspire, prends le temps de discuter avec elle, d’absorber ses ondes positives, de découvrir ce qu’elle a de spécial. Je suis convaincue que cela t’aidera à comprendre ce qui est spécial chez toi aussi. C’est tout ce que je te souhaite en tout cas pour 2019 !
Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux où je vous partage mon quotidien de Serial Entrepreneuse